Belle et heureuse année 2019 !

Cette année sera, plus que la précédente encore, sous le signe d’ « Animis Mundi » ! Des contes, mythes et légendes issus des cinq continents pour explorer les rapports entre les sociétés humaines et… les autres !

Tortue, Araignée, Abeille, Crocodile, Lièvre, Renard, Chèvre ou Chat, Vache ou Vautour… Les balades contées autour de ces stars vont bon train.

Dans le courant de l’année, Roxane Ca’Zorzi explorera la tombée de la nuit, et comment, d’après la tradition grecque, celle-ci s’est peu à peu peuplée d’ailes, de pattes, de griffes et de crocs. Pour les plus jeunes spectateurs, elle racontera comme passer l’hiver, tenir malgré le froid : disparaître sous terre ou changer de pelage, se rouler en boule ou arpenter la campagne désolée… A chacun sa stratégie !

Pour Ludwine Deblon, 2019 sera aussi, enfin, une année de retrouvailles avec Aotearoa, la Nouvelle-Zélande et le monde maori. Un monde bruissant de vies cachées, lui aussi ! Lorsque les volcans s’affrontent pour l’amour d’une montagne, lorsque la Mer et le Vent s’unissent contre la Terre, lorsque le Ciel pleure de nostalgie, il n’est rien du Monde qui n’ait âme et passion !

Un voyage aux antipodes donc, avec Roxane Ca’Zorzi et Evelyne Devuyst, qui ajoutera aux mots français ceux de la langue des signes, si harmonieux, si poétiques.

Un projet commun pour trois spectacles différents et des séances contées sur mesure, le tout alimenté par un répertoire sans cesse enrichi – notamment grâce à Jean Porcherot, que nous remercions ici pour son érudition et sa générosité, aussi vastes l’une que l’autre.

Belle et bonne année à tous !

 

Publicités

Stage « Conte et ombres » : jeunes talents en vue !

Du 29 au 31 octobre, nous avons animé un stage pour les 7-12 ans à la Bibliothèque de Molenbeek (rue Tazieaux).

Trois jours pour :

  • découvrir le conte traditionnel
  • choisir un conte parmi un petit corpus présenté
  • en faire l’analyse et le découpage scène par scène
  • créer les marionnettes et les décors correspondants
  • apprendre à les manipuler (voix, mouvements, dialogues, entrées et sorties)
  • gérer les transitions entre les scènes, le début et la fin du spectacle



Un vrai challenge ! Nos apprentis avaient choisi « les deux bossus », dans une version bretonne où sept chats dansent et chantent au clair de lune. Grâce aux livres consultés en bibliothèque, la Bretagne a été suggérée autant par les costumes des danseurs (scène d’ouverture) que par l’ambiance de la clairière (avec un beau dolmen made in Carnac !).

Nos jeunes marionnettistes ont tout géré comme des chefs, avec la souplesse et l’adaptabilité de leur âge. Merveilleuse petite troupe ! On a envie de saluer bien bas ces nouveaux « presque collègues » si attentifs et enthousiastes.

Merci à eux, merci à la Bibliothèque de Molenbeek pour ces beaux moments.

 

Un si bel été…

Octobre déjà, l’été s’éloigne, et pourtant…

Et pourtant, il fut exceptionnellement riche en développements pour notre « Animis Mundi », avec une résidence à l’Ecomusée du Véron (Chinon), pour conter le bocage, sa faune, diurne et nocturne, sauvage et domestique. Le lieu s’y prête merveilleusement, axé entre nature et culture, deux patrimoines en interaction. Un écrin magnifique où nous avons pu creuser des histoires issues de traditions les plus diverses, traitant toutes à leur manière du rapport entre l’Humain et ses « voisins de palier », les animaux. Un vrai bonheur. Merci à toute l’équipe !

L’occasion aussi de découvrir, fortuitement et à quelques kilomètres seulement, la Fondation Anako et son magnifique projet de constitution et sauvegardes des mémoires audiovisuelles des derniers peuples et cultures autochtones de tradition orale (derniers chasseurs-cueilleurs itinérants, peuples d’éleveurs nomades, dernières sociétés agricoles de tradition orale, ethnies minoritaires et premières nations). Autrement dit : « toi, l’ethnologue : au lieu de « les » filmer, file-leur ta caméra ! Ils se filmeront bien eux-mêmes ». Des images saisies sur le long terme, par et pour les principaux intéressés. Belle et salutaire démarche…

Et puis, brièvement, retrouvailles avec notre ami Jean Porcherot, tout occupé, lui aussi, d’animaux, mais à travers les fables de La Fontaine. Et donc, après la Loire et son bocage, les montagnes de Saint-Etienne, avec toujours le plaisir de la recherche et du partage. Jean nous a ouvert largement les portes, de sa maison comme de son étourdissante érudition. Et nous voilà embarquées dans d’antiques histoires de métamorphoses, de chasses nocturnes et de culte dionysiaque. Waow ! Le résultat suivra, un spectacle de Roxane où il sera question de « peupler la nuit » ! Merci, Jean ! Et à très bientôt, à Bruxelles !

A la Crue des Mots…

Il fait moins dix degrés. Il y a un soleil clair et lumineux sur Mont-Joli…  Mais on annonce une tempête ! Et une belle « Crue des Mots ».

Le festival du CLAC (Carrefour de la Littérature, des Arts et de la Culture, Mont-Joli, Québec) a commencé ce dimanche 15 avril. Un festival littéraire pour « réveiller la poétique du territoire ».

Roxane Ca’Zorzi y participe par des ateliers, dès ce lundi 16, et par une intervention au Cabaret des Contes ce mardi 17 avril, à 19h30, animé par un vétéran du conte, André Lemelin.  A leurs côtés, on entendra également les histoires de Denis Massé et d’Isabelle Larouche.

Samedi 21 avril, à 11h, Roxane contera « A l’ombre du manguier », spectacle de contes traditionnels indonésiens entremêlés de courts métrages d’animation. Contes et cinéma, une carte de visite très roxanienne… Pour une « Journée Jeunesse » qui s’annonce colorée !

Entre-temps, toujours entre Culture et Nature, Roxane rencontre des conteurs, certes, mais aussi des phoques, des oiseaux… dont cet aimable geai bleu ! :0)

selfp

« Animis Mundi » : c’est parti !

En janvier 2017, nous avons introduit auprès de la FWB une demande d’aide, sur deux ans, pour un projet qui nous tient à coeur : « Animis Mundi ». La nouvelle vient de nous arriver : notre dossier est accepté !

De quoi s’agit-il ? A travers des contes issus de cultures très diverses, nous voulons suivre certains animaux à la trace, dans des « tours du monde » aussi colorés que contrastés. Car si les climats, époques et décors changent d’une histoire à l’autre, ils diffèrent cependant moins que les regards portés par les diverses sociétés humaines sur nos « voisins de palier », les animaux.

Sauvages ou domestiques, nocturnes ou diurnes, familiers ou exotiques, utiles ou nuisibles… sont des catégories bien occidentales. Mais que disent les Innus, les Mentawai ou les Maoris ?

Et comment raconter le renard, la vache, le faucon ou le serpent sans s’intéresser aux héros de chair, poils, plumes ou écailles de ces histoires ? L’animalité des humains, toujours présente sous un vernis de culture, se voit fréquemment mise en scène. Notre projet se penchera, au contraire, sur les sociétés animales. Car Nature vs Culture, « eux » contre « nous », c’est aussi une catégorie bien occidentale, que nous invitent à dépasser l’éthologie moderne… et les contes traditionnels.

Contes d’Indonésie, dans le cadre d’Europalia

Bientôt commencera le festival Europalia Indonésie, pour lequel on nous a demandé de créer un spectacle de contes.

Mais l’Indonésie est un gigantesque archipel, composé de littératures orales et écrites extrêmement diverses. Comment en parler ? Quelles histoires choisir, sans tomber dans la généralisation ?

Parmi toutes les traditions qui s’y côtoient, les cultures animistes ont retenu notre attention. Elles racontent comment l’humain, l’animal et l’arbre échangent, s’influencent, se rencontrent. Cette thématique est aussi au coeur de notre projet « Animis Mundi ».

Voici donc le spectacle « A l’ombre du manguier », un tout public de 45 minutes à partir de 8 ans. Et là, nous irons à la chasse avec la princesse Kemang, en pays bengkulu. Sur l’île de Siberut, nous descendrons le fleuve en pirogue. Il y aura des poissons, des cochons sauvages et les arrières-arrières-arrières grands parents des crocodiles. Contes et théâtre d’ombres filmé, métamorphoses, royaumes perdus et enchantements végétaux, mystères et aventures, et du rire … On s’est fait plaisir !

Vous trouverez les dates de nos représentations ici. A bientôt !

Du neuf et des idées : invitation aux programmateurs

img_3266Le jeudi 15 décembre, nous organisons une « journée pro » à destination de programmateurs professionnels.

Au menu : un focus « Jeux d’ombres et de lumière », avec trois spectacles jeune public. De quoi faire frémir les plus petits pendant les longs mois d’hiver ou les soirées d’Halloween.

Et deux nouveautés, encore en cours de lancement :

  • « En Chemin », pour les tout-petits à partir de 2 ans, participera au Festival « off » de « Noël au Théâtre »
  • « Tigre Tigre », tout public à partir de 8 ans, est une traversée des cultures, un voyage autour du monde sur la piste des tigres. Il conviendra particulièrement bien au futur Europalia Indonésie.

Programme :

Centre Culturel Pôle Nord
Chaussée d’Anvers 208
1000 Bruxelles
Pour y prendre part : 0477 58 44 69

Un évènement organisé avec l’aide de l’échevine de la culture de la ville de Bruxelles.

Fabul Festival : des histoires op het strand !

Capture d’écran 2016-07-07 à 07.32.44Du mardi 16 au jeudi 18 août, retrouvez-nous à la Mer du Nord, à De Haan et Wenduine, pour le premier festival bilingue des contes et arts de la parole. Des histoires sur la plage l’après-midi et dans les salles de la ville le soir. En clôture, une promenade contée à quatre voix, au « Wonderbos » : le « Bois des Merveilles »…

Pour tout savoir, demandez le Programme ou jetez un coup d’oeil sur notre page rendez-vous.

En collaboration avec Michel Verbeek (« Passeurs d’Histoires »), Selle De Vos (« Luisterlezer ») et la Commune de De Haan.

On vous souhaite un bon et bel été !

 

Quand les Mots rencontrent la Danse

image001Quoi de commun entre le conte et la danse ? Les corps peuvent-ils raconter une histoire, tout comme les mots ? C’est une expérience que nous avons menée avec des élèves de plusieurs écoles d’Anderlecht.

Au « Clair Soleil » et au « Tilleul », les enfants ont travaillé sur quatre contes traditionnels avec nous. En découvrir les trames et mécanismes, se forger des images mentales et y emmener le public en promenade, adopter la voix d’une sorcière ou la posture d’un loup, s’interroger sur son identité en suivant un tigron ou un changelin… Les enfants ont tout abordé avec enthousiasme et un vrai talent.

Aux « Marronniers » et aux « Sureaux », c’est avec Lydie Pire et Ana Stegnar que les élèves ont découvert le corps en mouvement, en rythme et en expressivité.

Les quatre groupes se retrouveront le lundi 25 avril à 11h, à l’école des Sureaux, pour un imposant atelier final, en commun et en public.

Un atelier mené dans le cadre du programme « La Culture a de la classe », à l’initiative du centre culturel « l’Escale du Nord ».

Capture d’écran 2016-04-12 à 23.27.20

Mythes

2ea73a45-545f-4213-a3a3-38c2deb03d4cEn mars, grâce à Monique Michel et son « Dé à Coudre », nous avons eu le plaisir et la chance d’accueillir Jean Porcherot, pour un week-end de mythologie grecque. Nous espérons vous en répercuter sous peu les échos. Grand merci à Jean pour son enthousiasme et son érudition.

Par ailleurs, nous le retrouverons à Saint-Etienne, le 2 juillet, pour les Rencontres Contées des Ateliers de la Rue Raisin. « Fondu Enchaîné » y sera en effet joué, au cinéma Méliès, à 18h.